Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Prendre soin de son enfant intérieur

L’enfant intérieur. De qui s’agit-il exactement ?

Il représente cette partie de vous qui vous guide avec justesse et bienveillance, cet instinct qui dirige votre barque, cette lumière intérieure qui sait où est votre route. Mais s’il existe une telle partie en nous, pourquoi ne sommes nous pas parfaitement heureux, chaque seconde qui passe ? Parce que notre mental veille.

Et le mental. Qui est-il exactement ?

Il s’agit de cette partie de vous qui pense avoir appris de vos expériences et qui vous protège envers et contre tous et tout. Il réfléchit, anticipe, prévoit, vous empêche de commettre les même erreurs, il vous freine et juge. Mais il ne veut pas de mal, il ne veut pas avoir mal.

Comment les faire cohabiter alors ?

Imaginer le rôle d’un coach dans un équipe sportive. Lorsqu’il est face à deux personnalités bien différentes, va-t-il punir l’un au profit de l’autre ? Va-t-il exclure un des deux sou prétexte que la cohabitation est compliquée ? Va-t-il museler le moins sportif mais le plus intuitif au profit du dynamique craintif ? Non, en bon coach, il va s’appuyer sur les ressources de chacun, rassurer et faire travailler ensemble chacun sur ses points forts. En bon coach, il se servira des qualités de l’un pour compenser les défauts de l’autre.

Ainsi, l’enfant intérieur et le mental peuvent cohabiter en toute bienveillance. Il est bon d’écouter les deux et de laisser la place à chacun.

 

Prenez n’importe quelle situation et analyser la avec un peu de recul.

Dans cette situation, où a été la place de l’enfant intérieur et la place du mental ? Mon instinct m’a dit de… j’ai eu peur de … je sentais que je devais… ma raison ou mon expérience me disait de… Différenciez la sensation de la raison et vous distinguerez chacun de manière claire.

Quelle place chacun peuvent ils prendre pour que la solution devienne évidente ?

Si vous choisissez de suivre votre instinct, rassurez alors votre mental. « Tout va bien, merci de te faire du soucis mais mon cœur me dit que c’est mieux ainsi. » ou « J’ai peur mais je veux essayer pour apprendre, grandir, évoluer alors tranquillise toi. »

Tandis que si vous choisissez de suivre votre mental, rassurez alors votre enfant intérieur. « Tout va bien. Je sais que mon cœur pense que… mais pour l’instant je préfère faire ainsi. » ou « Je ne suis pas prête à franchir ce cap, laisse moi du temps ».

La simplicité du bonheur, alors, c’est quoi ?

Nous confondons souvent ce dialogue avec un combat intérieur et nous nous sentons frustré ou fatigué de devoir se justifier à soi même ou de culpabiliser. Alors qu’en réalité, il s’agit juste de faire naitre un dialogue bienveillant entre deux parties de nous qui nous veulent toutes deux du bien, l’un en nous freinant, l’autre en nous faisant avancer.

Petit à petit, vous apprendrez à écouter votre instinct et à laisser parler votre enfant intérieur. Votre mental sera rassuré et sentira que vous avancez en vous respectant infiniment et il laissera la place aux décisions de cœur sans plus vous tourmenter.

Alors l’amour grandira en vous et le bonheur deviendra une évidence.

Et vous, comment expérimentez vous le dialogue entre ces deux parties de vous ?

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article